• Anne

Le Jardin de mon Grand-Père

Mis à jour : 6 août 2020

J’ai en moi ce jardin secret, un lieu mais pas que, une éducation au respect de la terre, de la vie.


Petite fille j’ai eu la grande chance d’être gardée par mes grands-parents, c’est aujourd'hui dans les moments difficiles que je mesure ce bonheur.


Savez-vous ce que veut dire « aller fermer aux poules » ? Pour moi c’était une petite expédition : le soir, main dans la main avec ma mamie Simone, l’occasion pour elle de faire le « clou » avec la voisine et pour moi de farfouiller fébrilement dans le poulailler pour trouver les oeufs.


Une quasi autonomie...


Le temps passait curieusement vite et lentement, la journée commençait par une tartine de pain gargantuesque beurrée et garnie de jambon coupé menu… Préparée pour moi par mon papi, puis par les soins apportés au jardin, aux canards, je dois vous préciser que dans ce petit coin reculé de l’Aveyron le mot supermarché ne signifiait pas grand chose, nous étions donc quasi autonomes.

...pas toujours simple


Alors bien sûr, je vous dresse un portrait idyllique; « faire son jardin » était une nécessité pour mes grands-parents qui ont élevé quatre enfants avec un seul salaire versé une fois par an ! Et pour l’adolescente que j’étais, voir ma grand -mère gaver les canards avec un entonnoir ou entendre hurler le cochon pendant sa mise à mort (malgré Freddy Mercury poussé à fond dans mon walkman) dans une ferme reculée et lugubre, ne constituait pas une partie de plaisir.

Et pourtant, c’est là mon éducation, celle du bon sens terrien, celle du goût, du fait maison avec amour, du local et du respect… 


« Ne prends que ce dont tu as besoin » me disait mon grand-père quand nous récoltions ensemble les pommes de terre.

Et vous, quel est votre souvenir d'enfance lié à la Terre ?

114 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout